Zicline

Sommaire


Sommaire des Semaines
Concerts

Jeux

 

Kaly - Hydrophonic.

Kubik / Pias - Electro Dub.

Kaly

  1. Smoke up
  2. Reverse
  3. Funny bway
  4. Youbati
  5. No matter
  6. Spoke à l'inter
  7. 30 millions d'ennemis
  8. Line check
  9. Jestering
  10. Waiting for Tom Select

Longtemps restés dans l'ombre des fers de lance du dub francophone que sont Zenzile, High Tone et Improvisators Dub, les lyonnais de Kaly prouvent avec ce second album Hydrophonic qu'ils sont prêts à prendre également le flambeau. Ils livrent en effet un album très abouti d'électro dub, attendu depuis bien longtemps par tous les dubbers qui avaient découverts l'excellent Electric Kool Aid, annonciateur d'une belle aventure.

Le son de Kaly s'est étoffé et ce nouvel opus, même s'il reste très expérimental, semble mieux structuré que le précédent, les morceaux s'enchainent parfaitement dans une réelle osmose, plongeant ainsi l'auditeur dans les profondeurs étranges et parfois sombres de cet Hydrophonic.

L'album, composé de 10 titres, ouvre, une fois n'est pas coutume, par un bon reggae dub intitulé Smoke up emmené par la voix du toaster Rob Taylor, renvoyant ainsi Kaly à son premier amour que fut le roots reggae. Reverse, orienté dub-psyché, laisse la part belle à une rythmique basse - batterie puissante et terriblement entrainante. Ensuite, Kaly nous propose un sublime Funny bway, l'un des meilleurs titres de l'album, qui après une intro samplée, étrange et noire, explose totalement, emmené par une batterie énervée et des effets virevoltants de guitares avant de se calmer par l'arrivée d'un orgue chaleureux.

Hydrophonic s'enfonce après en orient avec ce Youbati arabisant où le quintet lyonnais a invité les Gnawas Njoum à participer à ce world dub. L'album plonge ensuite dans un univers cinématographique avec les premières notes du No matter, lancinant, bourré d'effets et de reverbes où Bernard, le clavier du groupe, laisse éclater son talent (à la manière d'un Ray Manzarek selon la biographie, c'est un peu fort mais l'image est là en effet !). Enorme !

La suite ne fait que confirmer : Spoke à l'inter, autre moment fort, lorgne vers les voisins d'High Tone dans un délire d'electro dub puissant à l'intro science fiction effrayante; 30 millions d'ennemis explore dans une lente montée le côté expérimental et déstructuré du groupe; Line check oeuvre également dans le psyché quand Jestering sous une pléïade d'effets laisse éclore une drum'n bass terrible. La fin est proche et Waiting for Tom Select l'honore dans un dub long et délicat à souhait où après un temps mort étouffant explose à nouveau une drum'n bass avant un finish subaquatique...

Un superbe opus, sans longueur ni essoufflement qu'on espère voir rapidement défendu sur scène, lieu où excèle le groupe mais où il n'est encore peut être pas assez présent. On souhaiterait notamment les voir se mesurer aux autres groupes sur les plateaux des gros festivals d'été. A suivre, ils ont tout pour réussir...

 


Copyright 2003 ZICLINE