Zicline

Sommaire


Sommaire des Semaines
Concerts

Jeux

 

Shalamar / The Whispers - Best of.

Wagram - Funk.

Shalamar

  1. A night to remember (Shalamar)
  2. I can make you feel good
  3. Make that move
  4. Deadline USA
  5. I owe you one
  6. Right in the socket
  7. And the beat goes on (The Whispers)
  8. (Let's go) all the way
  9. Imagination
  10. It's a love thing
  11. Lady
  12. ...

Ce genre de double album, très à la mode, remet en avant de grandes gloires de la soul et de la dance music souvent oubliées du grand public. Il n'y avait pas de raison que les colosses de la funk des années 80 ne profitent pas, eux aussi, d'une nouvelle mise en avant, surtout lorsqu'ils font partie des références de bon nombre d'artistes actuels.

Avec Shalamar et le Whispers, c'est un hommage rendu au label californien Solar qui fut l'un des plus actifs en matière de funk et à qui l'on doit les premiers disques du tandem Babyface / L.A. Reid avant que ceux ci connaissent la gloire et qu'ils montent leur propre structure, ou des incontournables des 80's : Midnight Star, Lakeside, Dynasty, Collage…

Avec ces deux groupes, nous replongeons dans les tempos binaires, les mélodies ensoleillées et les voix de velours de la funk. A cette époque Shalamar, formé en 1976 à New York par Dick Griffey, est l'un des gros vendeurs internationaux, les nouveaux albums sont très attendus par les critiques et généralement s'octroient les premières places des charts avec des tubes comme Take that to the bank (premier hit international en 1979), A night to remember, The second time around, Over and over, I can make you feel good, Uptown festival (medley de tubes de la Motown et premier single en 1977)… Ce groupe disposait de deux chanteurs (Jeffrey Daniels et Howard Hewitt) et d'une chanteuse (Jody Watley) qui au début des 80's se lancèrent dans des carrières solos plus ou moins fructueuses, le départ d'Howard en 1986 marquera la fin de Shalamar.

Le second CD retrace une partie de la carrière du groupe de Los Angeles : The Whispers mené par les chanteurs et frères jumeaux Walter et Wallace Scott qui se singularisaient pas des voix de velours dans la plus pure tradition des grands chanteurs de soul music.

Leur plus gros tube fut And the beat goes on (sortie en 1980, où l'on retrouvait à la production Dick Griffey) qui depuis sert de base à de nombreux DJs remixeurs. L'année suivante It's a love thing devenait un nouveau hit tout comme Rock Steady en 1987 (écrit et produit par Babyface), avant que les deux frères se lancent et solo et que les musiciens participent à divers projets. Mais les goûts du public changeaient, le hip hop était en plein développement.

Ce double album nous renvoie 20 ans plus tôt sur les dancefloors, à l'époque ou les DJs se nommaient Sidney, Phil Barney, RLP… que l'on trouvait aussi sur les toutes jeunes radios FM qui avaient encore l'appellation " libres " ainsi que sur la première radio d'état pour jeune Radio 7, où la liberté d'action des animateurs était plus importante que de nos jours (pas de quota, l'animateur arrivait souvent avec ses dernières découvertes sous le bras…). Il ne faut pas non plus oublier qu'a cette même époque (1982) Michael Jackson publiait Thriller (la plus grosse vente de disques de tous les temps).

Pour tous les passionnés du label Solar, signalons aussi la sortie chez Wagram de Solar Mix par DJ Bronco qui a remixé pendant 60 minutes tous les tubes de la compagnie californienne.

 


Copyright 2003 ZICLINE