Zicline

Sommaire


Sommaire des Semaines
Concerts

Jeux

 

Patricia Barber - Live : a fortnight in France.

Blue Note / EMI - Jazz.

Patricia Barber

  1. Gotcha
  2. Dansons la gigue !
  3. Crash
  4. Laura
  5. Pieces
  6. Blue prelude
  7. Witchcraft
  8. Norwegian wood
  9. Whiteworld
  10. Call me

Née dans la banlieue de Chicago d'un père saxophoniste (Floyd " Shim " Barber joua avec Glenn Miller), la chanteuse, pianiste et compositrice américaine fait preuve depuis ses débuts d'une farouche indépendance. Un trait de caractère qui lui a toujours permis d'imposer sa musique et uniquement sa musique.

Et de fait, elle est certainement en tant que chanteuse de jazz l'une des pionnières en matière d'exploration des terres intrigantes de l'improvisation se situant au-delà de la ballade classique et des standards pop. Un choix qui lui sied à merveille puisqu'elle compte aujourd'hui au nombre des très rares musiciens de jazz parvenant à allier sophistication artistique et reconnaissance de la critique.

Pour son huitième album Patricia Barber nous a encore gâté. Puisque pour nous faire partager au mieux toute la dimension émotionnelle de sa musique, elle nous propose une dizaine de prestations enregistrées en mars et avril 2004 dans les clubs de trois villes françaises : L'Arsenal de Metz, La Coursive de La Rochelle et La Cigale de Paris.

" Cet enregistrement est un véritable concert. Ce que vous entendez là, c'est ce que nous jouons au Green Mill de Chicago. C'est un concert type avec autant de reprises que de morceaux originaux " précise-t-elle.

Live : A fortnight in France confirme si on ne le savait pas encore les qualités du quartet qui la soutient depuis l'album Verse en 2002 et qui pendant deux années de tournées triomphales s'est investi à la perfection dans l'univers musical de Patricia Barber. Il s'agit des incontournables Neal Alger à la guitare, Michael Arnopol à la contrebasse et Eric Montzka à la batterie.

Cela débute donc à Metz avec un entêtant Gotcha que Patricia Barber entame par cette question : Auriez-vous jamais imaginé qu'un jour un piano vous tomberait sur la tête ? … Puis dans le désordre nous retrouvons l'Arsenal par deux fois. D'abord pour une interprétation gorgée de swing de Witchcraft mais aussi pour une version inspirée de Norwegian wood des Beatles durant laquelle les musiciens s'accordent de belles envolées.

La salle de la capitale, quant à elle, donne lieu à cinq prises remarquables. Devenu un classique de son répertoire, l'évocation d'une ancienne histoire d'amour vu par Verlaine donne à Dansons la gigue ! un coté lyrique que la chanteuse affectionne particulièrement. Plus loin on savoure une sombre relecture de la ballade Laura avant d'aborder Pieces, titre cinglant, façon Laurie Anderson, et dont Patricia Barber signale que " C'est à Paris que nous en avons enregistré la version la plus déjantée ".

Puis une poignante version de Blue Prelude nous laisse tranquillement apprécier le savoir-faire et l'oreille du contrebassiste Michael Arnopol. Enfin Call me, une douce samba dont Chris Montez fit un tube dans les années 60 vient clôturer idéalement chaque concert (et pour l'occasion ce disque).

Pour conclure, deux témoignages de La Coursive de La Rochelle ont été immortalisés. Crash est un des deux seuls titres de l'album (avec Witchcraft) où l'on retrouve Patricia Barber uniquement pianiste. Quant à Whiteworld, ce morceau enlevé et "rock" fait partie (avec Gotcha) d'un travail en cours sur les Métamorphoses d'Ovide que l'artiste de Chicago réalise grâce à une bourse de la fondation Guggenheim.

Voilà ! Vous êtes prévenus. Live : A fortnight in France de Patricia Barber est vraiment un excellent disque ! Qu'on se le dise !

 


Copyright 2004 ZICLINE