Zicline

Sommaire


Sommaire des Semaines
Concerts

Jeux

 

Sara Lazarus - Give me the simple life.

Dreyfus / Sony - Jazz.

Sara Lazarus

  1. It's crazy
  2. Once upon a summertime
  3. Some of my best friends are the blues
  4. Get out of town
  5. He was too good to me
  6. Give me the simple life
  7. Morning
  8. Foolin' myself
  9. I'm thru with love
  10. This can't be love
  11. September song
  12. Smile

Tout comme Clifford Brown, Sara Lazarus est née à Wilmington, une petite ville du Delaware près de Philadelphie. Bien avant de se décider à devenir une chanteuse de jazz, elle étudia sérieusement le piano dès l'âge de huit ans puis le saxophone ténor.

Sans trop connaître de monde elle débarqua à Paris en 1984, motivée par la renommée flatteuse dont jouie la capitale française auprès des musiciens étrangers. Elle y retrouva une vieille connaissance en la personne d'Illinois Jacquet qui l'engagea pour une tournée dans le midi de la France avant de " taper le bœuf " avec Arnaud Mattei, François Chassagnite, Dominique Lemerle, Denis Badault et bien d'autres encore …

Puis son talent la fit participer à de nombreux festivals (Marciac, Crest Jazz Vocal, Montlouis, Braga, JVC Paris Jazz Festival …) accompagnée par Alain Jean-Marie, Jacky Terrasson, Manuel Rocheman, Franck Ansallem, Ricardo Del Fra, Gilles Naturel, André Michelutti …

Lentement mais sûrement, Sara Lazarus força le respect et l'admiration des musiciens et des mélomanes. En 1994, elle gagna le premier prix du concours international Thelonious Monk dont les membres du jury étaient, excusez du peu, Jon Hendricks, Shirley Horn, Abbey Lincoln, Dianne Reeves, Jimmy Scott … Tous apprécièrent son impeccable technique vocale, ses qualités rythmiques, sa sensibilité, son swing …

Peu sensible aux paillettes, cette distinction suprême ne lui a pas fait perdre la tête pour autant. Goûtant ainsi aux douces joies d'être maman, Sara Lazarus pris son temps.

Elle sort enfin un premier album sur lequel elle retrouve le complice idéal Alain Jean-Marie au piano. Gilles Naturel à la contrebasse confirme quant à lui le musicien raffiné, juste et précis qu'il est. La batterie est servie par deux maestros, Winard Harper (sideman très prisé) et le fidèle Andrea Michelutti. Sur trois plages Bireli Lagrene apparaît en invité de luxe.

Tout ce beau monde distille à Sara Lazarus un caviar sur lequel la chanteuse se régale en se livrant avec naturel et assurance. Le répertoire sélectionné par ses soins nous laisse apprécier des chansons familières mais non éternellement ressassées (Once upon a summertime, Get out of town, He was too good to me, This can't be love, September song, Smile …).

Magistral !

 


Copyright 2005 ZICLINE